L'INFO MINUTE NATIONALE OU INTERNATIONALE - SELECTION PAR 365 ADDICT

02/07/2020

Global Economic Recovery must Prioritise Restructuring of Debt for Developing Countries

YOUR BEST NEWS !

UNITED NATIONS, Jul 02 (IPS) - Unless there is a restructuring of debt for developing countries, the servicing for this debt will take away valuable resources from these nations that are needed to prevent the further suffering of people during the coronavirus pandemic -- particularly with regards to safeguarding the health systems, and protecting the "integrity and resilience of economies". 

Read the full story, “Global Economic Recovery must Prioritise Restructuring of Debt for Developing Countries”, on globalissues.org



from Global Issues News Headlines https://ift.tt/2Booccl
ENJOY !

The Next American Terrorist

YOUR BEST NEWS !

The Growing Irrelevance of Organizational Structure for U.S. Domestic Terrorism

Bruce Hoffman, Terrorism Expert, Professor, Georgetown University

Bruce Hoffman is a professor at Georgetown University and the Shelby Cullom and Kathryn W. Davis Visiting Senior Fellow for Counterterrorism and Homeland Security at the Council on Foreign Relations. He has served as a commissioner on the Independent Commission to Review the FBI’s Post-9/11 Response to Terrorism and Radicalization, a Scholar-in-Residence for Counterterrorism at the CIA, and an adviser on counterterrorism to the Coalition Provisional Authority in Iraq in 2004.

Colin Clarke, Senior Fellow, The Soufan Center

Colin P. Clarke is a Senior Fellow at The Soufan Center where he studies terrorism, extremism, and political violence. He is also an Associate Fellow at the International Centre for Counter-Terrorism (ICCT)- The Hague and an adjunct senior political scientist at the RAND Corporation.

For decades, America’s primary terrorist threat came from groups based abroad.  Today, a new crop of terrorist actors is emerging from within our own borders. What was mostly a monochromatic threat from Salafi-jihadist groups like al-Qaeda, the Islamic State (IS), and those individuals they sought to inspire, has now become a kaleidoscope with new threats from “boogaloo bois,” white supremacists, neo-Nazis, shadowy anarchist elements, and the extreme fringe of violent incels—politicized involuntary celibates fueled by a hatred of women.

Although diverse and for the most part unconnected to each other, this often bewildering array of anti-government extremists, violent misogynists, and left-wing militants share a common objective of disrupting society and in the process, overturning existing norms if not the entire political, social and economic order.

Unlike the identifiable threats we have faced from hierarchically-organized, groups like al-Qaeda and IS, the new emerging groups of individuals are devoid of the command-and-control apparatuses that counterterrorism practitioners typically seek to disrupt. Command and control is the mechanism by which terrorist groups plan, coordinate, and execute attacks and is a key component of the group’s organizational structure. For the past two decades, the United States has relentlessly targeted the leaders of terrorist groups with decapitation strikes, which has disrupted their organization’s infrastructure, and interdicted their finances. But this new collection of terrorist adversaries possesses few of the attributes that proved so vulnerable to counterterrorism actions.

Thus, bureaucratic organizations with hierarchical leadership structures and clearly-defined objectives have been supplanted by loosely networked movements with amorphous goals that exist across the ideological spectrum that we are only now beginning to understand. Moreover, members of these networks are more susceptible to what terrorism expert Daveed Gartenstein-Ross calls “fringe fluidity,” where an experience with one form of extremism can lead to a distinct radicalization pathway and thus, facilitate the movement of individuals from one form of militancy to another. There are several high-profile examples, including Nick Young, the Northern Virginia transit cop who was enamored with both Nazi Germany and the Islamic State. In May 2017, a neo-Nazi turned Islamic State supporter named Devon Arthurs killed his two neo-Nazi roommates because they mocked his newfound zeal for radical Islam after formerly being a member of Atomwaffen.

Popular theories like accelerationism, whose proponents believe in the complete destruction of current systems of government, appeal to individuals that claim allegiance to movements on both the far-left and the far-right. Taken together, this perhaps suggests the growing irrelevance of organizational structure when assessing U.S.-based domestic terrorist threats. For neo-Nazi groups like The Base and Atomwaffen Division, as well as the boogaloo movement and many far-right extremists, a confluence of ideological affinities is more powerful in inspiring and provoking violence than the

hierarchical terrorist organizational structures of the past. The merging of concepts that motivate individuals to engage in terrorism, no matter how quixotic, is likely to prolong the threat and complicate effective countermeasures. One immediate implication of this ideological mélange is that it makes it more difficult to identify tangible grievances and therefore craft appropriate policy responses.

This trend has been abetted by the continued emphasis on lone wolf or lone actor attacks. Originally articulated by American far-right extremists as a “leaderless resistance” strategy it was subsequently embraced with intensified fervor by Salafi-jihadist groups like the Islamic State, which encouraged followers to be both entrepreneurial and opportunistic in launching attacks in the West. The result was a shift in tactics, techniques, and procedures, including a spike in vehicle attacks against unsuspecting pedestrians along with other demonstrably crude attacks using commonplace weapons like axes  and machetes. Both white supremacists as well as violent incels, for instance, have each used cars deliberately to harm civilians without being instructed or trained to do so by a terrorist leader. Since the protests began over the murder of George Floyd, there have been nearly three dozen reported cases of vehicle attacks, including one allegedly perpetrated by a high-ranking Ku Klux Klan (KKK) member named Harry Rogers in Richmond, VA.

Although we have seen this less clearly defined organizational structure among some domestic terrorism threats in the United States in the past, the current iteration is unprecedented. In the 1980s and 1990s, violent, extremist far-right groups like The Order and the Phineas Priesthood adopted the leaderless resistance strategy and operated clandestinely to conduct bombings and assassinations and commit crimes including bank robberies. But such groups were short-lived or had limited impact. Today, the dimensions of these diverse threats present new challenges to Federal law enforcement agencies and their state, local, and tribal partners.

Even without a robust and identifiable organizational structure in place, Federal law enforcement is still tasked with mapping how the individuals and small cells belonging to these movements communicate, delegate tasks, procure weapons and equipment, and maintain operations security. Yet even when the Federal Bureau of Investigation (FBI) is successful in disrupting plots through the use of informants, the fact that these individuals do not belong to an actual organization or group, per se, means that the arrests, while critical to keeping Americans safe, can only have a limited impact in reducing the overall domestic terrorism threat. This is precisely what the strategy of leaderless resistance was designed to ensure.

Counterterrorism strategies must adapt to the range of traditional and emerging threats from a multiplicity of international and domestic adversaries. In some cases, domestic and international milieus will intersect and overlap. There is undoubtedly an interplay between foreign countries like Russia interested in stirring the pot domestically in the United States, and violent non-state actors operating on American soil, even if the actual linkages are murky and difficult to uncover. The leader of The Base, Rinaldo Nazzaro (aka Norman Spear), for instance, is an American citizen believed to be living in St. Petersburg, Russia and the United States recently listed the Russian Imperial Movement (RIM) as a specially designated global terrorist organization or SDGT—an important step that falls just short of the ultimate sanction of a foreign terrorist organization, or FTO. A U.S. citizen and white supremacist named Matthew Heimbach has been linked to RIM in the past, thus underscoring the eroding distinction between foreign and domestic when Americans lead and are of members of State Department-sanctioned terrorist groups.

The law has failed to keep pace with either the social media technology that facilitates and abets radicalization or terrorist adversaries that defy traditional conceptualizations. It may be worth considering legislation focused specifically on domestic terrorism that would create a category facilitating the prosecution of crimes that in an international context are considered terrorism. Equally importantly, such legislation might standardize the collection and analysis of data on hate crimes and other acts of violence that should be prosecuted as terrorism to bring greater equity in the sentencing of foreign and domestic terrorists. Persons convicted in the United States of providing material support to IS, according to the George Washington University’s Program on Extremism, receive sentences in excess of thirteen years in prison. Last February, a member of Atomwaffen received a twelve-month sentence for similar charges. The law should remain agnostic to the ideologies that fuel political violence while focusing on the actions themselves.

Since September 11, 2001, the so-called Global War on Terror saw the United States leverage its exquisite military and intelligence capabilities to focus on disrupting terrorist plots from North Africa to South Asia, even as organizations like al-Qaeda, the Islamic State, and their respective affiliates and franchise groups continue to adapt and evolve. Yet now, as evidenced by events that have played out over the first half of this year, there is a renewed sense of urgency to deal with actual terrorist threats percolating on American soil. Policymakers could consider the appropriate laws, authorities, and policies to ensure that the country is prepared to meet the ever-changing terrorism threat, including its most recent domestic permutations.

Read more expert-driven national security insights, perspective and analysis in The Cipher Brief

 

The post The Next American Terrorist appeared first on The Cipher Brief.



from The Cipher Brief https://ift.tt/38szN63
ENJOY !

Rethink Food Security and Nutrition Following Covid-19 Pandemic

YOUR BEST NEWS !

KUALA LUMPUR, Malaysia, Jul 02 (IPS) - The Covid-19 crisis has had several unexpected effects, including renewed attention to food security concerns. Earlier understandings of food security in terms of production self-sufficiency have given way to importing supplies since late 20th century promotion of trade liberalization.

Read the full story, “Rethink Food Security and Nutrition Following Covid-19 Pandemic”, on globalissues.org



from Global Issues News Headlines https://ift.tt/3dR6TxD
ENJOY !

Why Accelerating Implementation of AfCFTA Must Remain a Top Priority

YOUR BEST NEWS !

UNITED NATIONS, Jul 02 (IPS) - Ahunna Eziakonwa is Assistant Secretary General, Assistant Administrator and Director of the UNDP Regional Bureau for Africa – where she oversees development programmes across 46 countries in Sub Saharan Africa.1 July 2020 was supposed to be the official date to start trading under the African Continental Free Trade Area (AfCFTA). It was a much-anticipated follow up to the 2019 African Union Summit, that launched the operational phase of the AfCFTA in a colorful ceremony in Niamey – Niger.

Read the full story, “Why Accelerating Implementation of AfCFTA Must Remain a Top Priority”, on globalissues.org



from Global Issues News Headlines https://ift.tt/2AnvQD3
ENJOY !

Le chômage partiel, outil crucial en temps de crise : une évaluation au mois d’avril 2020

VOS MEILLEURES INFOS !

Par Département Analyse et Prévision, rédigé par Céline Antonin et Christine Rifflart

Le marché du travail a été frappé de plein fouet par la chute d’activité générée par la crise de la Covid-19. Dès la mi-mars 2020, les décisions d’urgence sanitaire prises pour endiguer la propagation du virus ont contraint les entreprises à s’ajuster. Les commerces non essentiels et les lieux recevant du public ont dû fermer mais plus largement, c’est l’ensemble des entreprises qui a dû faire face à ce choc d’ampleur inédite. Afin de protéger la structure productive et de soutenir le pouvoir d’achat, les gouvernements européens ont mis en place des mesures ciblées sur le marché du travail, d’ampleur inégalée – même au pire moment de la crise de 2008 – dans le but de mutualiser le coût économique et social de la crise. En particulier, les dispositifs de chômage partiel (ou activité partielle) indemnisant les salariés en cas de réduction temporaire de la durée du travail, permettent de limiter l’impact de la crise sur l’emploi. Sur la base du Policy Brief 69[1] rédigé par le Département Analyse et Prévision de l’OFCE, nous retraçons brièvement les conséquences de cette crise sur l’emploi au cours du mois d’avril et soulignons que l’impact final sur l’emploi salarié apparaît in fine, du moins en Europe, très faible au regard des pertes potentielles d’emplois liées à la crise, notamment grâce au dispositif du chômage partiel. Faute d’un dispositif similaire, les Etats-Unis connaissent de très fortes destructions d’emplois salariés.

La demande de travail s’ajuste instantanément et intégralement à la baisse d’activité…

Le Policy Brief 69 évalue l’impact économique de la pandémie sur l’économie mondiale en avril 2020, et notamment sur le marché du travail. L’analyse est menée sur les 5 grands pays de l’Union Européenne (Allemagne, France, Italie, Espagne et Royaume-Uni) et les Etats-Unis. Etant données la sévérité des mesures de confinement prises dans les différents pays, la chute d’activité aura été un peu moins violente aux Etats-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni – la valeur ajoutée ayant chuté de respectivement 22, 24 et 25 % en avril – qu’en France, en Italie et surtout en Espagne, pays dans lesquels la chute atteindrait respectivement 30 %, 32 % et 36 % sur un mois.

Face à un tel choc, nous supposons que les entreprises réduisent immédiatement leur demande de travail et ce, dans les mêmes proportions que la chute d’activité qu’elles enregistrent. Compte tenu de la structure productive de chacun des pays et d’un contenu en emplois particulièrement fort dans les secteurs directement frappés par les fermetures administratives (commerces, hôtellerie-restauration, loisirs), l’impact total est plus fort sur la demande de travail que sur l’activité, à l’exception de l’Allemagne, mieux protégée du fait de sa spécialisation dans l’industrie manufacturière (tableau). Cette caractéristique allemande rend l’ajustement au sein des entreprises, moins coûteux qu’ailleurs. Dans les 5 autres pays, les pertes potentielles d’emploi sont estimées à entre 30 et 40 % de l’emploi total en avril.

… mais le chômage partiel permet de limiter fortement les destructions d’emplois

Dans ce contexte, les entreprises ont eu massivement recours au mécanisme de chômage partiel pour reporter leurs coûts salariaux sur l’Etat, d’autant que les conditions d’éligibilité sont larges (baisse d’activité liée à la crise, affiliation des salariés au régime de Sécurité sociale). Le taux de prise en charge par l’Etat est variable : il dépend à la fois du taux de remplacement et du plafond de compensation du salaire. Le taux de remplacement est plus ou moins généreux selon les régimes nationaux, et selon que les autorités se situent dans une logique de maintien du pouvoir d’achat ou dans une logique de revenu de subsistance (Italie, Espagne). La France répond à la première logique de maintien du pouvoir d’achat, avec un taux de remplacement d’environ 84 % du salaire net et un plafond de compensation élevé au mois d’avril. L’Italie et l’Espagne se situent davantage dans la seconde logique avec un plafond de compensation faible, de même que l’Allemagne, qui connaît un taux de remplacement faible (60 à 67 % du salaire net). Par ailleurs, se pose en Allemagne le problème des Minijobbers, qui bien qu’étant salariés ne sont pas couverts par l’assurance chômage, et sont donc exclus du dispositif de chômage partiel. Or, d’après nos estimations, 1,5 million de Minijobbers, soit 3,6 % de l’emploi salarié allemand, seraient affectés par les fermetures ou la chute d’activité dans les secteurs où ils travaillent.

Malgré ces imperfections, le mécanisme d’amortisseur du chômage partiel a été une arme efficace pour permettre de sauver, au moins transitoirement, la grande majorité des emplois qui auraient été potentiellement détruits, (graphique). On estime que les pertes effectives d’emplois salariés concerneraient environ 1 % de l’emploi salarié total en France et en Italie et 3 % en Espagne et au Royaume-Uni. L’Allemagne qui rappelons-le, subit une chute d’activité moins forte que les autres pays européens, enregistre des destructions sèches d’emplois plus élevées du fait du poids des Minijobbers : ces derniers représenteraient 80 % des 1,8 million d’emplois salariés perdus.

Le rôle crucial du chômage partiel s’apprécie notamment à l’aune de la situation des Etats-Unis[2]. Le mécanisme de mutualisation du coût du travail n’existant pas (ou peu), il revient aux entreprises de gérer les conséquences de la crise : licencier ou assumer le cout financier de maintenir l’emploi. Selon le Bureau of Labor Statistics, les pertes d’emplois salariés enregistrées pour le mois d’avril atteignent 22,4 millions, soit 14,6 % de l’emploi salarié total. Elles représenteraient 48 % de la baisse de la demande de travail salarié par les entreprises selon nos hypothèses – ce qui suggère une forte rétention de main d’œuvre par les entreprises -, contre 3 % en France et en l’Italie, 8 % en Espagne et au Royaume-Uni, et 19 % en Allemagne (3,4 % hors Minijobs).


[1] https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2020/OFCEpbrief69.pdf

[2] https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/quelle-information-tirer-des-chiffres-du-chomage-americain-sur-la-reprise/

The post Le chômage partiel, outil crucial en temps de crise : une évaluation au mois d’avril 2020 appeared first on OFCE le blog.



from OFCE le blog https://ift.tt/2CVd8Uc
MERCI !

Socialisme pour Wall Street et capitalisme sauvage pour les classes populaires – par Eric Toussaint

VOS MEILLEURES INFOS !

Source : CADTM – 01/07/2020

Partie 4 de la série : La pandémie du capitalisme, le coronavirus et la crise économique, par Eric Toussaint

Partie 1 : La pandémie du capitalisme, le coronavirus et la crise économique

Partie 2 : Pour affronter la crise capitaliste multidimensionnelle, il faut exproprier les banquiers et socialiser les banques

Partie 3 : Covid-19 : Les prochaines déflagrations financières probables

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/31AzZij
MERCI !

Extradition d’Assange : une nouvelle inculpation élargit les chefs d’accusation

VOS MEILLEURES INFOS !

Source : Consortium News, Joe Lauria

Le ministère américain de la Justice a dévoilé mercredi le nouveau chef d’accusation contre le rédacteur en chef de WikiLeaks, qui vient s’ajouter ainsi aux accusations d’intrusion informatique existantes.

Le ministère de la Justice (DOJ : department of justice) a déclaré mercredi qu’il avait déposé une deuxième inculpation contre Julian Assange, responsable de WikiLeaks , actuellement en prisdon, celle-ci vient s’ajouter aux accusations existantes d’intrusion informatique.

« Le nouvel acte d’accusation n’ajoute pas de chefs d’accusation supplémentaires à l’acte d’accusation antérieur comportant 18 chefs d’accusation qui avait été rendus contre Assange en mai 2019 », a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué de presse.

« Il élargit cependant la portée de la conspiration entourant les prétendues intrusions informatiques dont Assange était précédemment accusé », précise le communiqué. « Selon le document d’accusation, Assange et d’autres membres de WikiLeaks ont recruté et convenu avec des pirates informatiques de commettre des intrusions informatiques au profit de WikiLeaks ».

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/3iqNoj4
MERCI !

1972 : Hubert Reeves sur l’écologie et l’astrophysique

VOS MEILLEURES INFOS !

Source : YouTube, archivesRC

Nous poursuivons notre érie d’archives exceptionnelles de la télévision québecoise. Pour ceux qui auraient manqué le billet précédent, c’est ici

Pour continuer cette série, voici deux interview de l’astrophysicien québecois Hubert Reeves datant de 1972 et 1990. Bon visionnage à tous !

Entretien avec l’astrophysicien québécois Hubert Reeves, réalisé par la télévision de Radio-Canada en 1972. Entrevue qui n’a pas été diffusée à l’époque, car on a jugé mauvaise la qualité technique de l’enregistrement.

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/2VA0u3l
MERCI !

Interdit d’interdire – La police en accusation ?

VOS MEILLEURES INFOS !

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Frédéric Taddeï reçoit Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, et Paul Rocher économiste, et auteur de «Gazer, mutiler, soumettre: politique de l’arme non létale» aux éditions la Fabrique

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/2YR9Mub
MERCI !

Raison d’être : commencez par vous, pas par « pourquoi »

VOS MEILLURES INFOS ! pourquoi

Par Philippe Silberzahn.

Avoir un grand pourquoi, une raison d’être noble et ambitieuse (purpose en anglais), c’est le secret des stratégies d’entreprises gagnantes. C’est en tout cas ce qu’explique Simon Sinek, auteur du best-seller Commencer par pourquoi.

Selon lui, toutes les organisations savent ce qu’elles font, et la plupart savent également comment elles le font. En revanche, très peu savent pourquoi elles font ce qu’elles font. Or seules celles qui ont un grand pourquoi peuvent vraiment réussir ; et la définition de ce pourquoi est donc un préalable à toute pensée stratégique ambitieuse.

Cela paraît logique, c’est certainement séduisant, et c’est une croyance très répandue actuellement, voire une évidence pour beaucoup, mais c’est faux. Regardons… pourquoi.

Pourquoi Apple ?

L’exemple favori de Simon Sinek, c’est Apple.

Il nous fait une longue démonstration pour nous expliquer que si on achète Apple, c’est parce que Steve Jobs a su nous convaincre de son pourquoi. Je n’en crois rien. Si on achète un iPhone, c’est parce qu’on pense que c’est un bon téléphone. Tout son pourquoi ne servirait à rien si Apple faisait de mauvais téléphones.

D’ailleurs Apple fait un mauvais appareil de télévision et il ne se vend pas. En outre, les acheteurs d’iPhone seraient bien en peine d’expliquer le pourquoi d’Apple.

La plupart s’en fichent éperdument. On peut essayer d’opposer Apple et son grand pourquoi (mais diable, lequel ?) et Samsung qui n’en aurait pas, ou Dell qui n’en a pas non plus et sert de contre exemple à Sinek. Sauf que Samsung ce sont 300 millions de téléphones vendus en 2019 et Dell ce sont 90 milliards de dollars de chiffre d’affaires !

Dell n’a jamais donné dans le mélodrame à la Apple, jamais de pourquoi sentimental et visionnaire. Dell fabrique juste de bons ordinateurs pour pas trop cher : j’en ai eu plusieurs et j’en étais très satisfait. Alors oui, peut-être quelques firmes ont-elles un grand et vrai pourquoi, mais beaucoup n’en n’ont pas du tout et ne s’en portent pas mal pour autant.

Rappelons par ailleurs que Bill Hewlett et David Packard ont créé HP simplement parce qu’ils voulaient travailler ensemble à la fin de leurs études. Il n’y avait aucun pourquoi, juste l’envie de travailler ensemble à partir de ce qu’ils connaissaient, leur passion pour l’électronique, alors en pleine émergence.

Mais surtout la théorie entrepreneuriale de l’effectuation a depuis longtemps montré que la plupart des entreprises, grandes ou petites, ont commencé sans une idée très claire de ce qu’elles voulaient faire. Les entrepreneurs commencent avec qui ils sont, ce qu’ils savent et qui ils connaissent et imaginent ce qu’ils peuvent faire avec ça. Ils font avec ce qu’ils ont sous la main et construisent progressivement quelque chose.

Ikea a commencé comme une simple épicerie ; ce n’est que dix ans après sa création que l’entreprise commencera à vendre des meubles et elle n’a jamais revendiqué de slogan grandiloquent ; elle s’est juste contentée de bien faire son travail (si on en juge par son succès).

Autrement dit, à l’origine des plus grandes réussites entrepreneuriales ou industrielles se trouve très rarement un grand pourquoi. Celui-ci n’est donc pas nécessaire, même si certains fondateurs décident parfois d’en définir un. Le plus souvent cependant, ce pourquoi, quand il existe, est soit une distraction, soit une construction rétrospective qui a peu à voir avec la réalité et encore moins avec les débuts.

C’est une belle histoire que les entreprises se croient parfois obligées d’inventer, mais nous ne sommes pas obligés de les croire.

Le grand pourquoi, c’est vous

Mais la question du pourquoi se pose aussi, et peut-être surtout au niveau individuel, et l’ouvrage de Sinek est devenu une sorte de bible du développement personnel. Il m’arrive régulièrement de rencontrer des cadres ou des entrepreneurs qui m’expliquent qu’ils doivent trouver leur grand pourquoi.

J’en reste toujours pantois. L’hypothèse, semble-t-il, est qu’il est nécessaire de justifier de son existence pour pouvoir avancer, qu’on ne peut avancer si on n’a pas un but clair et une raison d’être ; que cette raison d’être, naturellement, doit être ambitieuse et noble.

Pourquoi croire cela, je n’en sais rien. Aucune raison ne le justifie. Aucune recherche n’a jamais suggéré qu’un individu doit être clair sur sa raison d’être pour réussir. Certains individus ont des buts très clairs et une raison d’être précise, sans aucun doute. Certains d’entre eux réussissent même grâce à cela.

Mais d’autres échouent à cause de cela : leur but les enferme dans un idéalisme stérile, leur ambition de perfection les frustre à jamais de rien faire de concret. Mais surtout, comme de très nombreux entrepreneurs, beaucoup réussissent sans pourquoi autre qu’eux-mêmes.

Imposer l’idée qu’il faut à chacun un pourquoi est imposer un idéal inatteignable pour la plupart des mortels. C’est une idéologie anti-humaniste. Rappelons qu’aucun d’entre nous n’a demandé à être conçu ni à naître. Nous n’avons pas à nous justifier d’être.

Le seul pourquoi vraiment nécessaire, c’est le conatus de Spinoza, c’est-à-dire la volonté de persévérer et de se développer dans son être. En substance, le seul, l’unique, le vrai pourquoi, c’est vous !

C’est par là qu’il faut commencer. C’est ce que propose l’effectuation en disant « démarrez à partir de qui vous êtes ». Comme nous le rappelons avec Béatrice Rousset dans notre ouvrage Stratégie modèle mental, il est temps d’abandonner l’obsession du pourquoi, un modèle mental prédominant qui nous fait pointer là-bas, au loin, pour recentrer notre action sur nous-mêmes, vers l’ici et le maintenant.

Alors ne tombez pas dans le piège des gourous du pourquoi, de ceux qui vous enferment en vous faisant croire que seul un grand pourquoi vous permettra d’avancer. Le seul pourquoi c’est vous, et basta.

Partez de qui vous êtes, de ce que vous savez et de qui vous connaissez et demandez-vous ce que vous pouvez faire avec cela, et avec qui vous pouvez le faire. Le pourquoi se construira, ou plutôt se co-construira au fur et à mesure des engagements de parties prenantes. Ainsi, d’un pourquoi hypothétique et idéaliste, il deviendra un parce que rétrospectif qui vous permettra de raconter une belle histoire à vos enfants.

Sur le web



from Économie – Contrepoints https://ift.tt/2YQ0m1I
MERCI !

01/07/2020

Nuclear Testing, Never Again

YOUR BEST NEWS !

WASHINGTON DC, Jul 01 (IPS) - Seventy-five years ago, on July 16, the United States detonated the world's first nuclear weapons test explosion in the New Mexican desert. Just three weeks later, U.S. Air Force B-29 bombers executed surprise atomic bomb attacks on the cities of Hiroshima and Nagasaki, killing at least 214,000 people by the end of 1945, and injuring untold thousands more who died in the years afterward.

Read the full story, “Nuclear Testing, Never Again”, on globalissues.org



from Global Issues News Headlines https://ift.tt/3eK7H8G
ENJOY !

MOST VIEW